Publication : On a mangé nos moutons. Le Kirghizstan, du berger au « biznesman »

On a mangé nos moutonsBoris Petric

Paris, Belin/Editions de la Maison des sciences de l’homme, janvier 2013, 160 p.

Collection Anthropolis, dirigée par Marc Abélès et Boris Petric.

ISBN 978-2-7011-6504-2

Synopsis

Une « société de trafics » au cœur de la mondialisation

Le Kirghizstan est une sorte d’anti-Chine qui, après l’effondrement de l’URSS, a choisi la libéralisation économique et politique. Quelques années plus tard, ce pays ne produit plus rien et développe une dépendance très forte à l’égard de l’extérieur, et de l’aide internationale en particulier. La principale ressource, l’élevage du mouton, a été totalement décimée par les réformes proposées par les grandes institutions internationales. Laminés par la privatisation et abandonnés par Moscou, les Kirghizes font aujourd’hui de « l’ouverture » une stratégie très subtile pour capter et se réapproprier toutes formes de ressources pouvant venir de l’extérieur.

À travers une enquête de terrain minutieuse, Boris Petric décrit, non sans humour, les multiples rencontres parfois cocasses et souvent teintées d’incompréhension entre la population locale et toutes les bonnes volontés étrangères venues les réformer. ONG, fondations philantropiques, agences internationales et de nombreux missionnaires en tout genre tentent de peser sur la réorganisation de cette société. Cet ouvrage nous interpelle face à la multiplication de ce type de « société de trafics » dans le contexte de la globalisation.

Sommaire

  • Où sont passes nos moutons ?
  • Le laboratoire de la bonne gouvernance
  • Elections et promotion de la démocratie.
  • La faillite de la maison commune.
  • Le bazar : symbole d’une société de trafic.
  • Société civile et observation électorale.
  • La transnationalisation du politique

L’auteur

Boris Pétric est anthropologue au centre Norbert Elias ( EHESS/CNRS) à Marseille. Après avoir travaillé sur des questions d’ethnicité en ex-Yougoslavie, il prolonge son intérêt pour l’espace post-socialiste en analysant la recomposition des pouvoirs politiques en Asie centrale (il a été chercheur à l’ IFEAC entre 1998 et 2000). Son ouvrage Pouvoir, don, réseaux en Ouzbékistan postsoviétique (Paris, PUF, 2002) a été couronné par le prix Le Monde de la recherche universitaire. Il assure un enseignement d’anthropologie politique à l’EHESS (Paris et Marseille) et pratique également l’anthropologie visuelle. Il a été responsable du pôle de valorisation des IFRE au sein de la Fondation Maison des sciences de l’homme entre 2010 et 2012.

Pour en savoir plus et/ou se procurer l’ouvrage


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search