À la mémoire de Pierre Chuvin, premier directeur de l’IFEAC

1

Pierre Chuvin, crédit photo Huguette Meunier-Chuvin

L’équipe de l’IFEAC a appris avec tristesse le décès de Pierre Chuvin, professeur émérite de langue et littérature grecque à l’université de Paris-X Nanterre, spécialiste de la civlisation turque et de l’Asie centrale, diplômé de l’Institut des langues et civilisations orientales. Pierre Chuvin a été le premier directeur de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale à Tachkent qu’il a fondé. De 2004 à 2008, il a été directeur de l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul (IFEA).

Outre son activité de directeur, Pierre Chuvin a été un chercheur prolixe. A part les écrits portant sur la culture grecque, il a publié de nombreux travaux consacrés à l’Asie centrale dont les plus importants sont :

« Asie centrale : comment naissent les nations »,  L’Histoire n° 211, juin 1997 ; L’Asie centrale : l’indépendance, le pétrole et l’islam (avec Pierre Gentelle), Le Monde éditions, 1998 ; « Les Républiques orphelines d’Asie centrale », L’Histoire n° 223, juillet-août 1998 ; « L’Asie centrale sur le chemin des réformes », Revue française de géo-économie n° 9, 1999 ; « Tachkent » , Enjeux-les Echos, juin 1999 ; Les Arts de l’Asie centrale, Citadelle et Mazenod, 1999 ; «  Nostalgie du communisme »,  L’Histoire n° 247, octobre 2000,  « Langues, religions, cultures : L’Asie centrale est-elle sortie de l’Union soviétique ? » in Eurasie, revue de la société des études euro-asiatiques n° 10, 2001 ; « Actualité de l’art des steppes », in Encyclopaedia Universalis, Universalia 2002 ; « Asie centrale : routes du pétrole, routes de l’islam », L’Histoire n° 271, décembre 2002 ; « Un creuset de peuples déracinés » in Géo dossiers spécial Samarkand et l’Ouzbékistan, 2003 ; co-direction  avec J. Poloni-Simard du numéro des Annales  Histoire, Sciences Sociales :  « Asie centrale », 2004/5-6 (59e année) ; « Samarcande. Cité mythique au cœur de l’Asie », Dossiers d’archéologie n° 341, 2010 ;  « Samarkand » ,The Oxford Encyclopedia of the Islamic World, 2010 ; « L’émergence de l’Asie centrale », dossier La fin des empires coloniaux, L’Histoire, 2010 ; « Architecture et patrimoine en Ouzbékistan : Samarcande, Khiva et Boukhara », in Patrimoine et Architecture dans les Etats postsoviétiques (dir. Taline Ter Minassian), Presses universitaires de Rennes, 2013.

L’équipe de l’IFEAC présente ses plus sincères condoléances à la famille de Pierre Chuvin  et partage la tristesse de la communauté des chercheurs sur l’Asie centrale.

« MT – Tu devrais un peu insister sur la période Tachkent. Pour les jeunes générations, c’est important de savoir comment c’était là-bas, tout ce que tu y as fait.

PC – En effet, j’ai dû à l’estime de Paul Bernard d’intégrer son équipe qui travaillait sur l’Asie centrale, au titre de spécialiste de la documentation en grec sur cette région et de familier de la langue turque de Turquie, ce qui était censé faciliter l’accès de mes coéquipiers aux parlers turciques de ces peuples. On s’aperçut bien vite que le turc anatolien était fort éloigné de ces parlers et que de surcroît la langue de travail restait le russe, pour ne rien dire de la langue des toasts !

La magie de l’Asie centrale, résumée par le nom de Samarcande, la richesse de son passé, la chaleur de ses habitants, firent leur effet et lorsque le Ministère des Affaires étrangères décida en 1993, dans le cadre des Républiques ex-soviétiques devenues indépendantes, de créer à Tachkent un instrument d’aide à la recherche en sciences humaines sur cette région qui s’ouvrait – ce fut l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC), je me portai candidat et obtins le poste de directeur. 

Alors commença une période de ma vie entièrement nouvelle, aux antipodes de ce que j’avais fait jusque-là, aussi chargée d’administration et hiérarchisée que les précédentes l’avaient été peu, coupée de ma spécialisation précédente mais au contact étroit avec les travaux très variés des autres, qu’ils fussent à demeure ou de passage, centrasiatiques, russes ou occidentaux, période riche en parcours inédits et en découvertes, non seulement archéologiques, historiques et artistiques, mais surtout humaines. Je passais ainsi en Asie centrale, en immersion avec ma famille (dont la présence fut précieuse) cinq années de 1993 à 1998, exaltantes et épuisantes ».  Le Voyage des légendes, CNRS Editions 2013, réponse à Michel Tardieu (MT).

« La première fois que j’ai rencontré Pierre Chuvin, c’était juste avant son départ à Tachkent en 1993 comme premier directeur de l’IFEAC, lorsqu’il avait entrepris de consulter les spécialistes de la région avant de s’y rendre. Je me souviens d’un homme sérieux, concentré, un peu timide et qui captait avec précision les propos de son interlocuteur. J’avais à l’époque suggéré que l’Ouzbékistan ne serait pas le pays le plus facile de la région pour y implanter une structure de recherche occidentale. Mais, la décision semblait irrévocable et Pierre Chuvin ne manquait pas de courage. Il en fallait beaucoup d’ailleurs, pour faire advenir un lieu aussi formidable pour les chercheurs français et européens, mais aussi pour nos collègues d’Asie centrale qui y ont vu longtemps une planche de salut pour leur avenir scientifique.

 Ainsi, malgré les montagnes de difficultés que représentaient l’achat, la réparation, l’équipement d’un centre de recherche, comprenant des bureaux, une bibliothèque, une cuisine, une salle à manger, des chambres d’hôtes, et un superbe jardin planté de grenadiers, Pierre Chuvin a fait naître l’IFEAC dans un quartier agréable de Tachkent, près du musée des arts appliqués. Il a légué à ses successeurs un lieu qui deviendra un point de ralliement pour de nombreux chercheurs de la région et de l’extérieur, une école de formation pour au moins deux générations des meilleurs chercheurs français sur la zone, un espace de rencontre unique pour la communauté des spécialistes de l’Asie centrale qui y sont tous très attachés.

 La deuxième fois que j’ai rencontré Pierre Chuvin, c’était donc précisément dans les locaux de l’IFEAC à Tachkent, découvrant avec satisfaction, ce nouveau centre névralgique de recherche, ancré dans le paysage et qui offrait des possibilités d’accès au terrain et aux bibliothèques locales,  impensables jusqu’alors…

 La troisième fois que je l’ai rencontré, c’était chez moi à Bordeaux, lorsqu’il est venu discuter avec mon époux, Vincent Fourniau de l’éventualité de se présenter à sa succession. Une page de notre histoire familiale et professionnelle s’est donc écrite dans le sillage de cette visite, avec notre installation à Tachkent de 1998 à 2001.

 La dernière fois que j’ai vu Pierre Chuvin, c’était aux obsèques de Pierre Gentelle dans un triste cimetière parisien. Il avait l’air affligé par la perte d’un ami, comme nous tous… et je lui ai trouvé mauvaise mine. Sans doute se battait-il déjà contre la maladie qui l’a emporté ?

 A l’heure où j’écris ces quelques lignes, un hommage lui est rendu à Paris. Je m’associe par la pensée à tous ceux qui sont présents et qui tentent d’apporter à sa famille un peu de réconfort ».

                                                           

Bichkek, le 17 janvier 2017,
 Catherine Poujol, directrice de l’IFEAC  


Vous aimerez aussi...